Sortir

Expo : Les Gorgan, regards croisés

tisganes 205Fruit d'une collaboration
de plus de vingt ansentre le photographe Mathieu Pernot
et une famille Tsigane,
cette exposition est le récit
de vies singulières
auxquelles le photographe a pris part.
À découvrir jusqu'au 24 août.

 



Il est des rencontres qui changent une vie. Celle de Mathieu Pernot avec la famille Gorgan date de l'époque où, encore étudiant à l'École Nationale de la photographie d'Arles, en 1995, il projette de mettre en lumière la présence de la communauté tsigane à Arles. Attiré par les populations en marge, le photographe part à leur rencontre. Les Gorgan posent, lui photographie leurs échanges de regards en noir et blanc. Une relation se crée et la confiance s'installe. Ce face-à-face durera trois ans et un premier ouvrage "Tsiganes" naîtra en 1999. Mais déjà, des liens se sont tissés, hors champ. Loin de s'arrêter là, l'histoire reprendra dix ans plus tard. En 2013, le temps a passé. Les corps ont changé, les parents ont vieilli, les enfants sont devenus adultes, d'autres sont nés. Toujours sublimé par la "présence" de ces personnes, le travail du photographe ne suit pourtant plus la même logique. Plus qu'une communauté, les Gorgan sont une famille dont Mathieu Pernot est parvenu à saisir l'intimité, précisément parce qu'il en fait partie. Cette exposition nourrie des photos de Mathieu Pernot, des Gorgan eux-mêmes et d'images d'archives raconte le temps qui passe, les grands et les petits moments de la vie sur trois générations, du plus ancien Bietchika au plus jeune Doston. Plus qu'un objet, la photographie dont on ne sait plus vraiment qui est l'auteur est ici le medium par lequel une rencontre s'est produite et des moments ont été vécus. Entre "l'album de famille et le monument", cette exposition incarne, à travers la mise en tension de ces images, les parcours de vie s'entrecroisant nécessairement au sein d'une famille et les émotions qui en jaillissent. Ces émotions si fortes dont le photographe a été le témoin et qui lui font se demander : "Quel homme serais-je aujourd'hui si je ne les avais pas connus ?" Présentée pour la première fois, aux rencontres d'Arles en 2017, cette série de photos, devenue emblématique du travail de Mathieu Pernot, fait une halte au Parvis de l'espace culturel Leclerc du 14 juin au 24 août.
parvisespaceculturel.com