Danse : Eldorado/s

eldorados 199

Danse : Eldorado/s
Ce projet participatif invite
les 
spectateurs à partir à la conquête
de nouveaux territoires sensibles.
Artiste citoyen, le chorégraphe
Philippe Ménard s’attache
depuis 
10 ans à entremêler
spectacle et projets avec les habitants.

 

 

 Ce projet participatif original prend une nouvelle forme dans chacune des villes où la compagnie s’arrête, comme autant d’étapes dans sa conquête de nos territoires imaginaires. Le titre fait référence au mythe de l’Eldorado apparu en 1536 dans la région de Bogota, une terre dont on disait qu’elle regorgeait d’or… Le terme est devenu métaphore d’un rêve à atteindre, d’un espoir à poursuivre. Au fil de ses créations, le chorégraphe Philippe Ménard s’est attaché à placer l’humain au cœur de ses spectacles, traquant ses failles et ses contradictions, créant des espaces où rire de notre propre fragilité. eldorado/s est un voyage immersif à la conquête de nos territoires imaginaires. Lauréat 2017 du projet Sillage/s initié par onze scènes conventionnées danse, cette pièce est une proposition artistique participative et immersive, une performance déambulatoire pour un groupe d’artistes et d’habitants explorateurs, de toutes générations. La Compagnie pm déploie à Pau ce dispositif de création multimédia et pluridisciplinaire. À travers des ateliers chorégraphiques, des interviews filmées et des recueils de paroles, les artistes vont à la rencontre d’un public intergénérationnel pour créer une forme artistique singulière sur le thème de l’Eldorado. Le terme évoque autant des conquêtes à mener que des richesses à posséder, autant des territoires géographiques que des processus mentaux : condition de vie meilleure, argent, pouvoir, amour, santé, épanouissement personnel, famille, temps, liberté, carrière… Il révèle nos petites utopies et nos trésors intimes, mais aussi notre voyage commun vers une terre promise. L’Eldorado contemporain recèle selon Philippe Ménard une force d’imagination créative. Il forme un rempart à la morosité du monde. Face à la désillusion, il nous ouvre la porte des possibles comme un levier pour réinventer du désir dans nos vies.
Vendredi 24 mai à 19h et à 21h30 à Théâtre Saragosse. espacespluriels.fr