Sortir

Sorties Cinéma : Si Beale Street pouvait parler

CINE-TMV189Drame, de Barry Jenkins (USA).
Durée : 1 h 59.
Avec Kiki Layne,
Regina King, Stephan James…

 

 

La planète ciné avait laissé Barry Jenkins en 2017 avec son Moonlight, véritable pépite sensible, drame intime à fleur de peau. Celui-ci était d’ailleurs reparti avec trois Oscars sous le bras. Il est peu dire que le cinéaste était attendu de pied ferme pour son œuvre suivante. D’autant que ce Si Beale Street pouvait parler sera lui aussi présent aux Oscars (trois nomina-tions  : scénario, second rôle féminin et musique). Cette fois, Barry Jenkins adapte un roman de James Baldwin, son auteur fétiche qui lui a permis de « mieux comprendre ce qu’était la masculinité noire ». Direction les années 70, où la caméra se pose sur Tish et Fonny, deux habitants de Harlem, follement amoureux et prêts à avoir un enfant… jusqu’à ce que le jeune homme soit incarcéré suite à une erreur judiciaire. Magnifié par la superbe photographie signée James Laxton, porté par la finesse de jeu de ses comédiens (Regina King mérite amplement sa nomination à la cérémonie des Oscars, donc), Si Beale Street pouvait parler se transforme en beau film tragico-romantique (ou romantico-tragique, à vous de voir). Tour à tour poignant et engagé, fabriqué comme une chronique de la société afro-américaine, le long-métrage brille toutefois moins que Moonlight. En cause, notamment, sa ten-dance à la sur-esthétisation : l’exercice de style se fait alors au détriment de la portée symbolique et de la force du récit. Mais bien sûr, pas de quoi torpiller ce film sensible et humain, intimiste et poétique. Avec Si Beale Street pouvait parler, Barry Jenkins prouve une nouvelle fois qu’il est un formidable direc-teur d’acteurs… et surtout un réalisateur prometteur devenu incontournable.