Sortir

Colloque : Ruskin, ça nous parle

banner-ruskin 188Le 8 et le 9 février, le château de Pau
et l'université mettent à l'honneur
la figure de John Ruskin,
éminent intellectuel du 19e siècle
dont la 
pensée sur l'art, l'écologie
ou 
encore les rapports sociaux
est toujours très actuelle.

 

 

John Ruskin a défendu bien avant son triomphe le peintre William Turner. Il a été traduit par Marcel Proust et a inspiré Gandhi. Penseur visionnaire, il est au centre d’une commémoration de grande ampleur qui voit converger à Pau des spécialistes de monde entier invités par la Société Française d’Études Victoriennes et Édouardiennes (SFEVE). C’est à Laurence Roussillon-Constanty professeur de peinture et de littérature anglaises à l’université de Pau et à sa collègue maître de conférences Fabienne Gaspari que l’on doit cet événement. Le critique d’art britannique dont on célèbre le bicentenaire de la naissance (1819-1900) à Londres a livré tout au long de sa vie une réflexion extrêmement puissante sur bien des sujets. John Ruskin s’est intéressé aux rapports de l’homme à la nature et aux classes ouvrières et sa pensée est aujourd’hui embryonnaire de nombreux projets de société liés à l’architecture, l’environnement et au développement durable.
La tenue de ce colloque à Pau offre donc une opportunité assez rare de se frotter à ces réflexions qui résonnent avec acuité en ce début d’année. Le programme copieux ambitionne de saisir la réception et l’interprétation des idées de Ruskin, dans les domaines de l’esthétique, de la politique, de l’économie ou plus largement de la culture. Le plus fin spécialiste de John Ruskin, le professeur d'anglais et d'histoire de l'art à la Brown University, George Landow fait le déplacement à l’université de Pau vendredi 8 février. Il sera rejoint par des universitaires du Japon, du Maroc, des États-Unis et de Grande Bretagne. Un aréopage de professeurs français animera également les conférences et les ateliers à l’université (vendredi 8 février) et au château de Pau (samedi 9 février). John Ruskin qui traversa la France plusieurs fois, crayon à la main, et plaida pour une conservation de bâtiments historiques à l’opposé de celle de Viollet-Le-Duc a beaucoup de choses à nous dire à Pau durant les deux jours de ce colloque exceptionnel.
ruskinsfeve2019