Sortir

Ciné : Green Book, sur les routes du Sud

Green Book cine 188Drame / Biopic (USA), 2h10
de Peter Farrelly
avec Mahershala Ali,
Viggo Mortensen et Linda Cardellini

Entre « Favori aux Oscars » et « accumulation de polémiques », on ne sait pas sur quel pied danser avec Green Book. Pas de panique, les polémiques ne concernent pas le film, mais les propos tenus par un de ses scénaristes et le réalisateur. Alors puisqu’on m’a demandé de parler cinéma, passons.
Inspiré d’une histoire vraie, Green Book embarque le specta-teur dans la tournée d’un pianiste virtuose noir, Donald Shirley, joué par Mahershala Ali, et son chauffeur garde du corps ita-lo-américain, Tony Lip, incarné par Viggo Mortensen. Facteur spatio-temporel important : nous sommes en 1962 et les deux hommes partent dans le sud des États-Unis. Tony Lip décou-vre alors ce que signifient les lois ségrégationnistes alors qu’il a parfois du mal à comprendre pourquoi Donald Shirley refuse de ne pas utiliser les mêmes toilettes que ses hôtes blancs. À noter que la famille de Don Shirley a accusé le film d’être une « symphonie de mensonges ». Ambiance.
Le récit déroulé par Peter Farrelly semble parfois un peu évi-dent : la rencontre entre deux univers, deux classes sociales différentes qui ne se comprennent pas au début et qui finis-sent par s’accepter (Vous pourriez dire que je vous ai spoilé le film, mais vous vous attendiez à cette fin, non ? Voilà, c’est ce que je reproche au film). Si vous me permettez la comparai-son, c’est un peu Intouchables, le handicap en moins.
Il n’empêche que Green Book possède tout de même son lot de qualités. Les acteurs, notamment, qui font preuve d’inten-sité dans leur jeu, en particulier Mahershala Ali dans le rôle de Donald Shirley. Green Book est touchant et drôle. Finalement, c’est un film qui s’inscrit très bien dans le contexte américain actuel.