Sortir

Ciné : hostile

Cine hostileÉpouvante / Horreur (France / Belgique)
de Mathieu Turi. Durée : 1 h 23.
Avec Britanny Ashworth, Javier Botet,
Grégory Fitoussi… 3,5/5

Un film de genre mêlant horreur et drame romantique ? Français de surcroît ? Produit par Xavier Gens (réalisateur de la comédie-flop Budapest) et réalisé par Mathieu Turi (assis-tant réal’ sur Inglorious Basterds) ? Sur le papier, Hostile a de quoi intriguer. Surtout, c’est un projet que l’on a envie d’en-courager. Parce que la proposition est originale et audacieuse. Et parce qu’elle est la preuve que l’Hexagone regorge de talents (trop) cachés. 
Avec courage, donc, Turi ose le mariage entre survival post-apocalyptique et drame intime. Dans un paysage délabré aux allures de fin du monde, l’espèce humaine est quasiment décimée. Juliette se retrouve un jour coincée dans sa voi-ture. Elle va devoir y passer la nuit, où d’étranges créatures flippantes rôdent et sortent pour chasser. De ce pitch digne d’un film d’horreur, le cinéaste décide pourtant de contre-ba-lancer les instants de terreur avec un peu douceur : Turi filme en effet, en parallèle, l’ancienne histoire d’amour de Juliette, aussi passionnée que douloureuse. Ces flashback nourrissent l’œuvre, lui insufflent un rythme et servent le récit. Mieux, ils permettent de mieux cerner des personnages par ailleurs très bien écrits. 
Hostile est un huis-clos habilement ficelé, dopé par des montées en tension haletantes : le monstre est d’ailleurs l’un des points forts du film. Campée par le célèbre Javier Botet (acteur atteint d’une maladie rare qu’on a vu dans REC ou encore Mama), cette « chose » horrifique fait l’intérêt du long-métrage et le pousse vers le haut, avant un joli twist final qui finit de faire de Hostile une production aussi sincère que soignée.