Sortir

Ciné : Sherlock Gnomes

Sherlock GnomesFilm d’animation, de John Stevenson (USA).
Durée : 1 h 26. Avec les voix françaises
de Michael Gregorio, Flora Coquerel…
2/5

 

Après avoir revisité Shakespeare avec le premier volet Gnomeo et Juliette, c’est au tour de Sherlock Holmes de passer à la tambouille « gnomes ». Pour cette deuxième adap-tation de la franchise, c’est donc toujours aux côtés d’une bande de nains de jardin que le spectateur évolue. Ici, tous dis-paraissent un à un, ce qui emmène Sherlock Gnomes, célèbre détective et fervent défenseur des nains de jardin donc, à mener l’enquête (ce synopsis n’a pas été écrit sous l’effet de la drogue, promis…). 
Avec un tel récit, Sherlock Gnomes se veut clairement orienté vers le public enfantin. Pour autant, le film d’animation par-vient à ne pas tomber dans le puéril ou la naïveté et propose quelques bons moments. On rit rarement, mais on sourit par-fois face à cette douce absurdité qui se dégage de l’ensemble (le nain en string à la Borat est plutôt fendard…). Car Sherlock Gnomes pousse le curseur de son délire au maximum et prend visiblement plaisir à le faire. Toutefois, pareil univers a ses limi-tes : les multiples personnages, peu attachants, ont tendance à faire piétiner le récit, les jeux de mots avec le terme « gnome » sont exploités jusqu’à plus soif… Au final, pas bien inspiré, Sherlock Gnomes s’essouffle tout de même rapidement.
En revanche, côté animation, l’œuvre se défend plutôt bien dans sa modeste catégorie. Il faut dire qu’aux manettes, on retrouve John Stevenson, le papa du premier Kung-fu Panda, pour un rendu qui n’a certes rien de trop sophistiqué comparé aux productions actuelles, mais assez de charme pour accro-cher la rétine pendant les toutes petites 86 minutes que dure Sherlock Gnomes. Un résultat correct, mais rien de nain-croy-able (celle-là, elle est cadeau).