Sortir

Des portières dans l'histoire

Chateau-de-Pau---158Au château de Pau jusqu’à 10 juin,
sont exposées les portières tissées
issues de la manufacture des Gobelins.
C'est l'histoire d'un 
objet utilitaire
devenu 
œuvre d'art.

 

 

 

Au moment de leur conception ces grandes pièces d’étoffe appelées portières répondaient à une double fonction, utilitaire et décorative. Souvent très colorées et ornées de motifs dont le souci du détail témoigne d’un savoir-faire d’excellence, elles étaient accrochées parallèlement à une porte, la partie inférieure traînant jusqu'au sol, pour limiter les courants d'air et emprisonner les bruits indésirables. Un paradoxe quant on sait qu’aujourd’hui ces pièces de tapisserie sont rénovées avec le plus grand soin et exposées comme les pièces de musée qu’elles sont devenues. Les portières, par leur taille et leur emplacement, étaient visibles de tous. Voilà pourquoi le plus grand soin était apporté à leur décoration qui devait refléter la puissance du maître des lieux. Gare alors à ne pas provoquer la jalousie. Une portière exposée au château et commandée par Nicolas Fouquet, surintendant des finances de Louis XIV fut au cœur de la disgrâce du ministre. Ce dernier voulu éblouir la cour avec son château de Vaux-le-Vicomte. Il provoqua l’ire du roi soleil qui le fit emprisonner et poussa le vice jusqu’à confisquer les portières du château pour en faire retirer les armes de Nicolas Fouquet remplacées fissa par les symboles de la royauté toute puissante.
Pour plonger dans l’histoire de Charles Le Brun, qui dirigea la manufacture des Gobelins, l’exposition s’appuie sur les portières restaurées mais aussi des dessins et estampes ainsi que des bornes interactives. On y retrouve les différentes techniques de restauration en vidéo, des projets avant /après mais aussi des jeux "mémory" et un quiz pour les plus jeunes. Des échantillons sont également à la disposition du public pour toucher et apprécier la qualité des tissus employés. Des tissages intacts, des couleurs vives comme à l’époque de leur conception témoignent du travail admirable des rénovateurs.


Au château de Pau, jusqu'au 10 juin