Dossiers

La scène qui sort du cadre

entreeNous annonçons régulièrement la programmation
des ÉpiScènes à Bizanos.
Alors, nous avons voulu faire plus ample connaissance
avec ce lieu, partie prenante de l'écosystème culturel palois.

 

 

Il y a d'abord l'enveloppe. Une grange béarnaise de 1802
aux dimensions généreuses, abritant un café et une salle
ouverte à l'expression théâtrale sous toutes ses formes.
C'est important ! Ce qui frappe en premier lieu dans cette salle,
c'est l'absence de gradins. Ici tout est mis en œuvre pour briser
la paroi de verre qui sépare le spectateur de la scène.
Dans la rencontre entre le public et les artistes se trouve
le génome du projet ÉpiScènes.
"Nous ne voulions pas un théâtre de plus, mais au contraire,
revenir à l'esprit d'origine du théâtre, c'est-à-dire un esprit de fête,
de rencontre populaire" explique Léandre Arribes, chargé de production
et d'administration qui reprend à son compte le terme de "spectacteur"
popularisé par le metteur en scène brésilien Augusto Boal.
Composant avec des aides publiques prises dans la glace,
Léandre Arribes et son équipe continuent de battre en brêche
les préjugés en ouvrant les portes de leur théâtre aux scolaires
comme aux seniors, en montant des projets avec des détenus
de la prison de Pau ou des non-voyants, en populariser le théâtre
de Bernard-Marie Koltès à 12 € la place et en animant 800 heures
de cours de théâtre par an.
Les ÉpiScènes, modèle non duplicable, s'articulent autour
de rendez-vous réguliers. Les matchs d'improvisation théâtrale,
les cours, les vernissages, les spectacles et les sorties de résidences artistiques.
La prochaine aura lieu le 17 février avec le travail de Jimmy Bronx
de la Compagnie la Ligne de désir.
Deux autres spectacles à ne pas manquer : le duo comique
des Tronches de vie, les 24 et 25 mars et la magie mentaliste
de Matthieu Picard le 21 avril.
Pour son café, pour sa scène ou pour les deux, n'hésitez pas à pousser
la porte des ÉpiScènes.

 

www.lelieu.fr