Dossiers

Friend request

CINELaura est une étudiante branchée.
Si, si. La preuve,
elle a
837 amis sur Facebook.

 

 

Un beau jour, par gentillesse – et un peu par pitié –
elle accepte la demande d’ami d’une certaine Marina,
jeune fille dite « introvertie » (comprenez flippante
parce que solitaire et habillée en noir).
Sauf que Marina de- vient vite envahissante.
Jusqu’à harceler Laura qui décide
de la supprimer
de sa liste d’amis.
À partir de là, sur fond d’événements paranormaux,
ses proches vont mourir un à un… C’est qu’elle était
prometteuse et maline, cette idée de base de
Friend Request. Mais une fois le film terminé,
que reste-t-il ? Pas grand-chose à vrai dire.
Après Unfriended (ou Nerve dans une moindre mesure),
c’est donc un nouveau venu dans le monde de
l’horreur sur fond de Facebook.
Qui, malgré toute sa bonne volonté, échoue
dans sa mission. Ici, zéro frisson à l’horizon.
Les jump-scare(*), aussi prévisibles qu’éculés,
ne font que torpiller Friend Request et le vautrer dans
le cliché de bas-étage. Un vrai gâchis quand on voit,
durant la première demi-heure, qu’il s’inscrit dans
la veine d’une série B certes sans prétention,
mais diablement efficace et accrocheuse.
Pour preuve, ces séquences d’animation horrifique
en noir et blanc, la présence de la lumineuse
Alycia Debnam-Carey, le regard intéressant sur
la solitude et/ou les réseaux sociaux…
Mais dans son heure restante, Friend Request titube,
se perd jusqu’à en devenir banal et ennu
yeux,
mélange maladroitement épouvante et thriller.
Avant d’échouer lamentablement dans un dernier acte
à la limite du pathétique. Friend Request est loin
d’être une purge, certes.
Mais il reste bien trop classique et faiblard pour tisser
sa toile dans le monde du film d’horreur 2.0.