Dossiers

La débrouille : Système D : de l'art de vivre... à Pau

P4 Ostracode beroyParce que les temps sont durs,
on a tous besoin de petites astuces :
la débrouille devient du grand art
et la solution n’est pas loin de chez vous…
grâce à l’imagination des Palois
en la matière.

 

Quatre Palois quarantenaires (Domi, Dany, Olive et Seb pour les intimes) ont imaginé un petit conte de la débrouille. «C’est l’histoire d’un quidam qui en a marre de se faire pigeonner.  Alors, un matin, il décide de manger le soir un pigeon qu’il aura cuisiné lui-même. Mais c’est un piètre cuisinier. Alors, il cherche sur Internet des recettes de pigeon. Mais son compte en banque est presque aussi vide que son frigo. Alors, il va aux Halles en fin de matinée pour essayer de trouver des légumes moins chers ou offerts. Mais sa recette est pour six. Alors il invite cinq amis à dîner (qui apporteront vin, pain, salade verte et fromage) et il veut faire une belle table. Mais sa vaisselle est moche, en carton ou ébréchée. Alors il va chez Emmaüs.» Notre quatuor a inventé la journée type Pau à Pau… pardon ! Pas à pas. Morale de l’histoire ? La débrouille, c’est tout un art ! Et il tend à se développer tous azimuts avec l’éternelle crise. Car s’il y a débrouille, nécessairement avant… il y a eu embrouille. Les embrouilles en tout genre ne manquent pas ; ce qui manque (pour les résoudre), c’est le temps, l’argent ou le savoir-faire technique… si celle du jour s’avère être une fuite d’eau dans vos toilettes. Qui dit problème (embrouille) dit solution (débrouille). Avant d’inventorier les ressources paloises en la matière, précision par respect vis-à-vis des personnes confrontées à de graves difficultés de vie : la débrouille ne doit pas être confondue avec la survie.

Réparer plus pour acheter moins


montage conseilsIl existe quatre méthodes pour dépenser moins. La première est basique : acheter du neuf à prix cassés. Nul besoin de soldes… guettez ! Au petit bonheur la chance, TMV a photographié quelques promotions volantes en ville la semaine dernière. On ne va pas vous dire où c’est : débrouillez-vous ! Autre alternati-ve : l’occasion. La valeur sûre reste Emmaüs : au bas mot 450 tonnes de vêtements, linge de maison et autres chaussures collectées par an. On s’y vêt pour l’hiver pour dix euros. La Croix rouge, en plus de l’occasion, propose une boutique de vêtements neufs à prix dégriffés. Troisième solution : faire réparer. Votre aspirateur chez Béarn service ménager, et vos chaussures ; pfouff, chez les cordonniers ! Enfin, si à tout hasard, vous êtes six (amis) à vouloir un four à micro-ondes, vous avez moult chances d’obtenir une sacrée réduction en débarquant ensemble dans tout magasin qui se respecte. Les achats groupés sont la dernière trouvaille de l’art de la débrouille.

Ne rien dépenser du tout
Si, c’est possible. Abracadabra… troc ! Entre autres exemples, une bourse d’échange par mois est organisée par le Système d’échange local (SEL, Complexe de la République). Un nouveau bar associatif vient d’ouvrir en plein cœur de ville, rue Jeanne d’Albret : à l’Ostracode beroy, on peut donner/prendre un livre ou un vêtement. Ou suivre gratuitement certains ateliers (par exemple « Les sciences en s’amusant »). Ou se faire aider pour une « cointe » (embrouille occitane) numérico-administrative. « L’art de la débrouille ? C’est aller vers l’autonomie » résume Marie, présidente de l’association et créatrice du lieu. L’autonomie, c’est ce    qu’expérimentent, en matière alimentaire, environ 80 débrouillards qui cultivent et récoltent leurs légumes avec Les Parcelles solidaires issues du Civam fertil Béarn. Apprendre à jardiner, ça coûte un peu de temps mais ça rapporte en terme de plaisir et d’économie. Les jardins collectifs / partagés / associatifs pullulent à Pau. A Pau toujours, on peut apprendre à : coudre, tricoter, réparer son vélo etc.

L’accorderie débarque

P6 LAccorderie dossier dbrouille recadFondateur (bénévole) de l’Accorderie qui prend ses quartiers à la Pépinière et sera opérationnelle avant la fin de l’année, Michel Delbès résume la débrouille à quelques mots : « Le but, c’est d’améliorer la qua-lité de la vie ». Futée, comme définition. Issue d’un concept québecois, l’Accorderie (il en existe quinze en France) est un réseau de gens qui s’échangent des services avec la seule valeur temps : une heure de cours d’anglais = une heure de bricolage. Un salarié de l’association coordonne la mise en relation des « accordeurs ». On va vous solliciter pour donner une heure de ménage (si c’est le service que vous avez proposé, évidemment), et quand vous aurez besoin d’une heure de garde d’enfants, hop, vous irez à l’Accorderie qui vous « connectera » avec l’accordeur adéquat. Poussé à bout, l’art de la débrouille peut aller jusqu’à se créer son propre emploi, via le statut d’auto-entrepreneur : c’est le cas de Lili, qui a ouvert une « brocanterie » à Berlioz.  Ou de Laurent, technicien en analyse d’eau et assainissement. Pau compte 10783 auto-entrepreneurs. Et pour la débrouille au quotidien ? Le coup des légumes au rabais en fin de marché, c’est à la fois vrai et faux : aléatoire… mais qui ne tente rien n’a rien ! La boulangerie de Verdun (rue de Liège), le soir, vend 2 € une poche de viennoiseries du matin contenant six à sept pièces (s’il lui en reste). Plein de bars font « l’happy hour » (aux alentours de 18h) et au Boulevard (boulevard des Pyrénées), c’est le jeudi : un verre acheté, le même offert. Dans toute bande d’amis, il y a une reine de la débrouille (désolée, les hommes, la débrouille, c’est féminin. Bon, l’art, c’est vrai, c’est masculin). Elle connaît tous les bons plans, toutes les associations, elle est toujours au courant et elle le dit. La mienne s’appelle «CC». Quoi ? Vous n’avez pas de reine de la débrouille dans votre entourage ? Tant pis, alors… débrouillez-vous ! Et pourquoi ce ne serait pas vous ?

                                                                       

Passer pro dans l’art de la débrouille
en cinq (petits) conseils inspirés du vécu palois

P7 Conseil 1 pistez les bons plans recad

 

 

 

1 / Pistez les bons plans
« Moi j’y vais ! Tu comprends, il y aura du vin déstocké à moins 25% la bouteille et ils ont du très bon vin ! » Organisée par le Grain de raisin, la semaine « Halle O Wine » proposant des réductions sur les bouteilles fut une aubaine pour Véronique, fine amatrice de rouges (et de blancs) fins. Se débrouiller, c’est être à l’affût des occasions, promotions et autres bonnes affaires à glaner en ville… ou ailleurs. « J’ai un plan pour acheter de la super viande pas chère, ça t’intéresse ? » a proposé Nadine à ses connaissances. Un bon plan, c’est mieux à plusieurs.


 

P7 Conseil 2 recad

 

 



2 / Faites-le vous-même

Faites-le quoi ? Un cache-cou, un sac, un rideau, un jouet en bois, que sais-je…«Sympa, ton porte-monnaie ! - Oui, héhé, c’est moi qui l’ai fait». Le porte-monnaie de Sarah est un assemblage d’emballages et autres brick (à brac) de lait. Au prix d’un porte-monnaie « industriel », autant se le fabriquer… pour le remplir avec l’économie réalisée ! Animés par Pascale, deux ateliers de fabrique / recyclage ont été proposés à la Coulée douce l’hiver dernier. Et l’atelier couture de la MJC Berlioz permet d’apprendre à se coudre ses « trucs ». Se débrouiller, c’est mettre la main à la pâte !

 


 

P7 Conseil 3 OK recad

 

 

 

 3 / Donnez de votre temps
« Non, je ne peux pas, je vais au cinéma ce soir. C’est ma séance gratuite ! » Cécile n’est pas pistonnée par l’ouvreur : c’est elle qui « fait » l’ouvreuse, trois fois (1h30 en tout), bénévolement. En échange, elle a droit à une projection offerte. Une quinzaine d’adhérents de l’association Ciné ma passion profite de ce deal au Méliès. Pour Nicole ou Christian, c’est une sorte de rituel. Moult associations mettent en place des échanges de ce calibre : selon vos goûts, il ne vous reste qu’à… pister les bons plans !

 


 

Conseil 4 largeur

 

 

 

 4 / Demandez… et vous recevrez
«Tu saurais me faire des rideaux, si je te donne le tissu ? - Bien sûr oui ! - Ok. Alors si tu veux, je garde tes enfants si un jour t’as besoin…» Marie a ses rideaux et elle a gardé les enfants d’Alex : petit service entre amies voisines du centre-ville. Savoir tirer (gentiment) sur la corde de son réseau amical fait partie de l’art de la débrouille. En proposant un « truc » en échange, c’est plus élégant. Dans les déménagements, parfois, la bande d’amis passe deux heures à «bosser» et quatre heures à l’apéro dîner ! Notons que l’échange sans valeur marchande deviendra monnaie courante avec l’Accorderie. 

 


 

P7 Conseil 5 recad

 

 

 

5 / Restez groupir !
« Trois pour ma sœur et mon beau-frère, deux pour nous, et une pour une amie ; livraison chez nous samedi… ça fera six ». Six quoi ? Six stères de bois et voilà trois foyers parés pour l’hiver, à la suite d’un achat groupé orchestré par Eric. Etre groupés permet petit 1, de rendre les achats plus conviviaux ; petit 2, de faciliter l’organisation de chacun ; petit 3, de réaliser des économies. Les achats groupés ont le vent en poupe dans tous les domaines. Le co-voiturage (1320 trajets au départ de Pau cette semaine sur Blablacar) relève de cette démarche, de même que la location.

                                                                   

La phrase du jour

P7 Cordo phrase du jour« Les cordonniers sont tous au taquet ! »
Isabelle, 57 ans, prof de français. Cette Paloise vient de faire réparer deux paires de chaussures chez Gepetto (pour 10 € ; les deux paires neuves lui avaient coûté 60 €)… qui, débordé, a d’abord tenté de l’envoyer chez son confrère de la rue Montpensier. Qui, débordé… Isabelle a attendu un mois avant de récupérer ses petites tennis en toile (recollées et comme neuves). Il semblerait que les cordonniers palois ont du pain sur la planche, du centre-ville jusqu’à Berlioz.

 

                                                                  

Le rendez-vous... du jour
Si, il va falloir vous débrouiller pour y être : « La tournée des cafés solidaires » se déroule de 18h30 à 20h30 ce mercredi soir au Café suspendu. A l’initiative de la ville de Billère, et dans le cadre du mois de l’économie sociale et solidaire, ce rendez-vous est destiné à mieux faire connaître les cafés associatifs de l’agglo et leurs activités (ateliers, débats, jeux etc). 50 coupons de consommation seront offerts… aux 50 premiers curieux, pour aller découvrir le Café suspendu (Billère), EpiScènes (Bizanos), la Coulée douce (Pau), l’Entre temps (Pau), et Paus’kaf (Jurançon). Ces cinq cafés proposent un rendez-vous en novembre, toujours dans le cadre du mois de l’économie sociale et solidaire… à pister ! Entrée libre et spectacle de danse orientale. Rue Jeanne Lassansaa, salle St-Laurent à Billère.

                                                                 

Un jour pour réparer soi-même…
Ce sera le 11 novembre de 14h à 18h (entrée libre) au Fablab du MIPS. Ce n’est pas une surprise party (quoiqu’elle puisse bien en réserver… des surprises) mais une « Répare party ». En gros, on vient avec l’appareil de son choix (et de chez soi) en panne et on repart avec le même, qu’on a réparé… avec l’aide des animateurs et les outils appropriés du Fablab. C’est l’armistice quoi : on va faire la paix avec ses engins défectueux. Mardi 11 novembre, de 14h à 18h. Gratuit.  Mips-Fablab, 4 rue Despourrins. Tél : 05 32 09 04 76. … une semaine pour faire réparer La Semaine de la réparation, durant laquelle des artisans estampillés «Répar’acteurs» font un geste commercial de leur choix à l’égard de leurs clients, se déroulera du 22 au 30 novembre.

                                                                

Le vide-grenier de la semaine

famille vide grenierOuvert au public de 9h à 17h, il se déroulera le 9 novembre aux Halles à l’initiative des élèves de l’Ecole d’ingénieurs (EISTI) de Pau. Buvette et sandwicherie sur place. Inscriptions pour les exposants (3€ le mètre linéaire) au 06 75 67 86 45.

                                                                

Dix adresses qui vous simplifient la débrouille

Achats occasion (textiles et polyvalent)
Emmaüs Pau Lescar,
  Chemin Salié (64 230 Lescar). Tél : 05 59 81 17 82.
La Croix rouge 64,
  55 avenue du Loup. Tél : 05 59 98 54 50.

 Echange de services
Système d’échange local (SEL),
  Complexe de la République, 3e étage, salle 109.        
  Permanence le mercredi de 18 h à 20 h. Tél : 09 50 60 93 94.
L’Accorderie,
  centre social de la Pépinière,
  4-8 avenue Robert Schuman. Tél : 05 59 92 72 00.

Fruits et légumes
Les Parcelles solidaires, CIVAM Fertil,
  14 avenue de Saragosse. Tél : 05 59 30 77 07.

Réparations
Les P.N.E.U.S, garage associatif (voitures),
 164 avenue des Lilas. Tél : 05 59 02 09 61.
Pauéthique vélo,
  21 rue Palassou. Tél : 09 52 85 97 22.
Béarn service ménager (électro-ménager),
  19 rue Palassou. Tél : 05 59 02 47 19.
GMS clinique
  (téléphonie mobile et accessoires),
  8 rue Samonzet. Tél : 05 59 27 14 76.
Horus (ordinateur et informatique),
  4 rue Jean Réveil. Tél : 05 59 27 77 52.