Actualités

Défistival : histoire de handicap

ACTU DevauchelleCe samedi, un colloque de haute volée
se tiendra toute la journée au Palais Beaumont
autour de deux questions majeures :
les représentations du handicap
et l’après handicap.

 

Petit jeu de culture générale. Chassez l’intrus: première Guerre mondiale, gueules cassées, handicap, accessibilité. Vous séchez ? Allez, on vous aide. C’est la guerre 14-18 qui fut la Preum des preums (malheureuse) occasion, en France, de se pencher sur la question de la prise en charge des personnes handicapées, à l’époque, les Gueules cassées, ses survivants des combats estropiés et aux vi-sages emportés.
Alors que l’on commémore le centenaire de la premièrre Guerre mondiale, Virginie Duhamel, fondatrice du Festival du handicap (2009 et 2011) a saisi cette actualité pour organiser à Pau, depuis le 17 septembre, le Défistival. L’idée de la manifestation, qui existe à Paris depuis 2003 sous l’impulsion de Ryadh Salem (multiple champion d’Europe de basket fauteuil et champion de rugby fauteuil, entre autres) est «de faire un parallèle avec l’histoire pour retracer l’évolution de la prise en charge des personnes handicapées».
Ce samedi, un colloque de haute volée se tiendra toute la journée au Palais Beaumont autour de deux questions majeures : les représentations du handicap (celui lié à la défiguration, mais aussi le handicap psychique-traumatisme de guerre, par exemple) et l’après handicap. Et pour en parler, des pointures, de chez pointures dont le professeur Bernard Chevau-chelle qui a réalisé, en 2005, la première greffe partielle du visage sur une jeune femme défigurée par son chien. Ce colloque, sera introduit par Sophie Vouzelaud, première dauphine de Miss France 2007 et sourde.
Et l’accessibilité dans tout ça ? Et bien il en sera évidemment question avec, notamment, les acteurs de la ville. Alors pourquoi est-ce l’intrus ? Ben... Comment dire... Parce que si des choses ont été faites à Pau (il en sera question), beaucoup restent encore à réaliser. Et le Défistival est là pour le rappeler, en même temps qu’un message bête comme chou mais qu’il serait bon d’avoir en tête : le han-dicap, ça peut nous tomber sur le coin de la figure n’importe quand. Et c’est bien pour ça qu’il faut le regarder en face, parce qu’il nous regarde tous.

Colloque handicap et société : «Ensemble changeons de regard», samedi 4 octobre à partir de 9h au Palais Beaumont. Ouvert à tous. Pour y participer et profiter du buffet du midi, s’inscrire au plus tard le vendredi 3 octobre sur www.defistival.com

   LA PHRASE       
« Je n’ai pas l’intention de rompre avec le passé, j’en fais partie. Mais on ne se construit pas sur l’histoire.»
Ah ? Alors, depuis toutes ses années que l’on nous jette du Devoir de mémoire en veux-tu, en voilà, on nous aurait menti à l’insu de notre plein gré ? Qu’on se rassure, il ne s’agit pas là d’histoire avec un grand H, mais juste de sport. La phrase est de Didier Gadou, directeur exécutif de l’Elan Béarnais Pau Lacq Orthez, qui explique ainsi le choix du slogan
du club pour cette saison : «L’avenir est à nous!»

  EN BREF             
Une appli aux sommets

ACTU Pyrns SommetsEn balade familiale, les Pyrénées à l’horizon, vous vous êtes déjà senti fort dépourvu quand la question fut venue : «Papa (Maman), c’est quoi ce pic des Pyrénées?» Désormais, vous pourrez répondre sans vous tromper, grâce à une nouvelle appli, Pyrénées Sommets (2,69€, sur iOS uniquement, pour le moment). Vous visez la vue avec votre smartphone et grâce au GPS, des bulles vous indiquent le nom des pics, cols, villages ou autres lacs du paysage.

 

  CA VA BOUGER !           
Casting
: Des figurants et un chic type

ACTU daniel auteuilPour son prochain film, «Kalinka», avec Daniel Auteuil (le chic type), le réalisateur Vincent Garencq tournera à Pau et en Vallée d’Ossau entre le 27 octobre et le 7 novembre. Et il cherche des figurants de tous âges (16-80 ans), tous profils, tous sexes. Mais si, dans le lot, y’a un médecin légiste, des personnes parlant arabe ou berbère, des ouvriers français, espagnols ou portugais et un facteur, ben c’est mieux.
Ceux qui souhaitent participer au casting, doivent envoyer 2 photos (portrait et en pied, naturelles), noms et prénoms ainsi qu'un numéro de téléphone, à l'adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

 

                                                   

QUATRE «ZAMIES» AU DÉPART DU TROPHÉE ROSES DES SABLES

ACTU Trophes Rose des SablesC’est une drôle d’aventure que s’appêtent à vivre ses quatre Paloises, devenues quatre «zamies» depuis qu’elles se sont rencontrées lors de la préparation du Trophée Rose des sables. Chaque année, à Pau et dans le reste du monde, des camions entiers de femmes (façon de parler, hein ?) s’engagent dans ce rallye 100% féminin dans le désert marocain. Des filles au coeur aussi grand qu’accroché ! Il s’agit tout de même de se cogner quelques centaines de bornes dans le sable, tout en gérant les emm... mécaniques et les ensablements intempestifs ! Mais c’est pour la bonne cause : chaque équipage convoie quelque 50 kg de médocs et matériel scolaire.
C’est en tous cas l’aspect humanitaire qui a motivé Marine et Vanessa, alias «Les Citadines des dunes», et Véronique et Mélanie, dites «Les ‘Paumé’ du désert», pour une course à la boussole, ça se pose là. Sauf quand on sait que Véronique s’appelle Mme Paumé...héhé !). Les deux premières travaillent dans le médico-social. Les deux autres sont mère et fille, attirées par un challenge personnel et solidaire : la lutte contre le cancer du sein (1€/km est reversé à la recherche contre la maladie).
Mais c’est un tout autre défi qu’elles ont du relevé avant le départ, prévu le 9 octobre de Ciboure : celui du budget ! «Il faut compter entre 10 et 12000 €. Et encore, nous, on avait déjà les 4x4 !» Alors, pour elles, l’objectif n’est pas de gagner, mais «d’arriver au bout... sans casser le véhicule !»
Et si elles y arrivent, ce dont on ne doute pas, elles auront réussi deux belles choses : vivre une «belle aventure humaine» (selon l’expression consacrée) et mis une bonne claque dans les dents aux clichés à la peau dure qui voudraient que les filles n’ont pas le sens de l’orientation, et que les «femmes au volant... (On vous fait grâce de la suite.)

Trophée Roses des sables. Départ de Ciboure le 9 octobre pour rejoindre Marrakech le 19.
Pour suivre la course en direct : trophee-roses-des-sables.net

                                                  
Le chiffre
5500
ACTU montageC’est le nombre de visiteurs estimés qui se sont rendus ce week-end au premier PAGS palois. L’objectif des 5000 fixé par les organisateurs est donc atteint. «C’est pas mal pour une première, à Pau.»