Actu : Gueules de Wab

actu les Gueules de WaBC’est notre p’tit coup de coeur :
Les Gueules de Wab», lance,
lors de la conférence de presse
de la Fête de la musique,
Frédéric Fuertes,
du Comité des fêtes de Pau.

C’est notre p’tit coup de coeur : Les Gueules de Wab», lance, lors de la conférence de presse de la Fête de la musique, Frédéric Fuertes, du Comité des fêtes de Pau.
1) : parce qu’ils décollent bien et qu’ils sont originaires de Pau; et
2) : parce que ce sera leur première date à Pau. «Comme quoi, nul n’est prophète en son pays».

L’info n’est pas tombée dans l’oreille d’une sourde. Alors, illico presto, on contacte les Gueules de Wab, qui rappellent tout aussi presto (signe déjà qu’ils ne se la pètent pas !). Au téléphone, Damien, et au bout du haut-parleur, Axel : «C’est quoi cette histoire, vous êtes de Pau et vous n’y avez jamais joué ?»
«Euh... Oui et non.» Explications : les duettistes de «chanson, vin et poésie» se sont déjà produits à Pau, mais séparément. Axel, aux claviers
de LnJ, un groupe de chanson française qui s’était fait remarqué en 2010 par les Inrocks Lab (ça, c’est hype !), et Damien, avec Ketama, une formation rap un petit peu plus confidentielle. Mais en mode Gueules de Wab, ce sera une première, effectivement. Un petit peu normal quand on sait que le groupe est relativement récent et que leur tout premier album, «Vide-grenier», n’est sorti que depuis le 14 mai. En plus, comme les deux amis qui ont grandi à Pau se sont exilés à Paris, c’est plutôt vers la capitale et la Bretagne qu’ils ont jusqu’à présent fait des scènes.
Du coup, «on a hâte, on a hâte, on a hâte ! Pau, c’est notre concert!» lance Damien avec un accent béarno-sincère. Et nous, qui avons écouté l’album (tout fait à la mimine, des textes aux musiques en passant par les clips, la pochette de l’album et les affiches, selon leur concept de «musique équitable» -soit, zéro intermé-diaires) on s’dit chouette ! Parce que c’est bon, drôle, engagé pour «défendre le bon et pas pour gueuler contre le mauvais» et que ça se savoure encore mieux devant un p’tit ballon (de rouge, pas de foot) ou un demi bien frais. Bref, ces deux-là, ils font rire les (drôles) d’oiseaux et font chanter les abeilles buttineuses d’une musique pas formatée. Pour vous mettre l’eau à la bouche, on vous donne quelques titres, assez évocateurs de leur état d’esprit : «L’enterrement d’un i-phone», notre préférée (et celle de la Rue Kétanou, s’il vous plaît !) ou encore «Demain Charrette» (parce que tous «les chemins mènent au rhum»).
Pour leur concert à Pau, le 21 juin, ils rêvent d’une Fête de la musique sans pluie et pour une prochaine, dui Théâtre de Verdure. Sinon, ils n’ont pas la pression. Mais c’est vrai que, plutôt que de la subir, ils préfèrent la boire, la pression.

Les gueules de Wab, samedi 21 juin à 19h30, place Clemenceau. Gratuit.
http://www.lesgueulesdewab.com/#!on-videos-on-vit-debats/c10tw

 

Les bars de Pau en direct de la coupe du monde

 

actu Foot et bars

Ok. Vous vous étiez juré que vous ne regarderiez pas la Coupe du monde de foot. Soit parce que, bon, le foot... Soit parce que vous êtes profondément attaché à la justice sociale, à l’humanité (bref, tout ce qui a été mis de côté pour faire plaisir à Platoche)... Soit, encore, parce que vous n’avez pas la télé. Mais bon. La première victoire de la France vous a fait passer pour un blaireau au boulot parce que vous saviez même pas que «Benzégoal» avait marqué deux buts et que le gardien hondurien en avait lui aussi marqué un (léger, mais suffisamment bon pour faire vibrer la montre de l’arbitre - là, si vous ne suivez pas on ne peut plus rien pour vous.)
Du coup, vous vous êtes dit que vous jetteriez un oeil. Et si vous pouvez le faire en vous jetant aussi une pression avec les potes, c’est mieux (c’est ce que l’on appelle «le lien social»). Voici donc les établissements de Pau qui retransmettent la Coupe du monde.
Le Sporting Kafé, Boulevard des Pyrénées. Avec un nom pareil, ne pas diffuser la Coupe du monde, aurait été ballot ! Ils la retransmettent donc en intégra-lité, à savoir avec l’image (c’est mieux) et le son (les commentaires) hist oire de nourir les commentaires des supporters. Ambiance stade garantie. L’Europub, route de Bayonne. Là aussi, pas un match ne sera zappé, et le patron proposera même des promos en fonction des pays qui se rencontrent. Autrement dit, pour un match Allemagne/Japon (on se calme les puristes, on ne sait pas si c’est possible, on dit au hasard) il peut y avoir ristourne sur  la Oettinger et la Asahi. Un petit peu à l’extérieur, le Sport Indoor 64, rue des Trois ponts à Lescar, retransmet également tous les matches, dans sa brasserie. L’avantage (ou pas) c’est que là, on peut regarder, mais aussi pratiquer (du soccer en salle mais aussi bien d’autres sports).
En cette période, le centre-ville aussi est complètement «footu»: ça joue sur écran Au Bureau (place Clemenceau) et au Van Gogh (rue Latapie) qui s’est mis en cheville avec son voisin du  Taste-Croûte pour garantir une ambiance 100% plateau télé : le Van Gogh assure les bières (ou autres), le Taste-Croûte, les
pizzas (ou tapas). Elle est pas belle la vie ?
Autre concept pour le Bar du Passage (place Reine Marguerite) : foot et concerts ! Plusieurs soirées spéciales sont prévues avec une mise en bouche musicale, le match, et une soirée zique pour finir. Le lieu à privilégier si on veut faire autre chose que mater des gars en short.
Sur le Boulevard des Pyrénées, c’est aux traditionnels Winfield, Galway et Café Russe que ça se passe. Et au Triangle, vous ne pourrez pas passer devant Le Garage sans entendre le cris des supporters, notamment anglophones. Enfin, au Stade du Hameau, le Soccer Park a installé un écran géant. Parce que la Coupe du Monde, ça se vit en grand !