Actualités

Pour une fête chouette

P8 fteY’à une chanson, un peu datée, certes,
mais bien connue de nombreux festayres,
qui commence par : «Les vieilles chouettes,
sont à la fenêtre...»  (la décence nous interdit
d’écrire la suite). Et c’est rigolo parce que
c’est justement une chouette qui sert
de symbole à la charte de tranquillité
nocture réinstaurée par la Ville avec
l’arrivée des beaux jours,
et donc des velléités de sorties.

 


Pour rappel, cette charte, adoptée par 28 cafetiers, restaurateurs et patrons d’établissements de nuit de Pau, vise à établir un respect mutuel entre ceux qui bringuent ou qui dînent dehors avec rires et fracas, et ceux qui demandent juste à rester peinards chez eux, avec un polar ou au plumard.
Sur l’affiche, donc, quatre chouettes dans différentes situations. Petite analyse graphique, image par image.

 

 

 

chouette-verreLà, Mademoiselle la chouette, boît du rouge. Ce qui n’est pas interdit par la loi, puisque
la chouette ne conduit pas, elle vole. N’empêche, elle fait potentiellement partie de la
catégorie de ceux qui oublient tout quand ils ont bu. Elle est donc capable d’oublier,
qu’en ville, il y a des gens qui en ont jusqu’à la lie de subir les vosciférations des pochetrons.

 


chouette-bla-blaLà, cette chouette se montre bavarde comme une pie. Pis faudrait qu’elle parle
moins fort, sinon elle risque de déranger ses vieilles congénères, voire les
très très jeunes.

 


chouette-oreilleLà, cette chouette a les yeux explosés. Et ce n’est pas parce qu’elle a fait
une méga fête qu’elle a des vaisceaux éclatés, la chouette. C’est parce
qu’elle a arpenté la ville jusqu’à point d’heure pour trouver une pharmacie
de nuit ouverte qui lui vende des bouchons anti-bruit. Eh oui !

 


chouette-dodoLà, la chouette elle dort. Or, ce rapace de la famille des strigidaes
est un oiseau de nuit. Donc, si elle dort, c’est que c’est le jour.
Et comme elle voudrait bien conti-nuer à dormir tout son saoul,
ça serait sympa que les gens qui bossent et qui viennent
déjeuner en terrasse avec rires et fracas, la mettent en sourdine.

C’est ça le respect mutuel, non ?

 

 

* NDLR : En vrai, sur les dessins
de l’affiche, ce sont des hiboux, mais
ça nous mettait tout le papier en l’air !

 

CA VA BOUGER

Presse
Opération «gueule de bois post electorale»
L’Hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, encore un peu bête
et méchant, a lancé une opération spéciale «gueule de bois
post-électorale»: il accorde derechef un tarif d’abonnement
réduit à tous ses lecteurs dont la ville est passée à Droite
ou à l’Extrême Droite lors des dernières élections municipales.
Y’en a qui vont certainement être ravis monsieur Charlie,
mais comment on fait si on veut s’abonner et que notre ville
est passée au Centre et un peu à Droite ?


Environnement
L’odyssée d’estanguet
Vous aimez le sport, vous aimez votre prochain et
vous êtes attachés à la protection de l’environnement ?
Alors vous avez le profil idéal pour parciper à l’Odysée solidaire,
organisée par l’association du Flocon à la vague,
parrainée par Tony Estanguet. L’épreuve, réservée aux amateurs,
consiste en une course d’obstacles naturels, par équipe de deux,
entre le stade d’eaux vives et les haras de Gelos.
Tous les bénéfices de la journée seront reversés à des assos
agissant pour la protection de l’eau.
Au Stade d’Eaux vives, samedi.


Tournez manèges
Verdun sera foraine jusqu’au 23 avril
Bientôt les vacances de Pâques.
ça veut dire que c’est la saison des cloches et... des manèges.
Les forains sont installés sur la place de Verdun depuis le 5 avril
et resteront jusqu’au 23. Ce sont les enfants et amateurs
de sensations fortes qui sont ravis. Les automobilistes palois,
un peu moins : les manèges occupant la moitié de la place,
ce sont autant de stationnements gratuits qui s’envolent
avec les flonflons de la fête.
Du coup, c’est aussi la saison des papillons... Sur les pare-brises !

 

Des étudiants feront la planche 6 heures durant

 

BD Campoy2Ce week-end, plutôt que de rester chez vous à buller,
allez donc faire un tour au festival BD des Pyrénées, à Billère.
Y’aura plein d’auteurs (41 invités + Hub, président d’honneur
et d’autres sur stands), plein de BD et des défis sympas.

 


Parmi eux, celui proposé par Fred Campoy, dessinateur de BD palois,  aux étudiants de l’Ecole supérieure
des arts des Pyrénées (Esap). Leur mission, qu’ils sont une demi-douzaine à avoir acceptée :
créer quatre planches (le moins «en bois» possible) en six heures et en totale impro. Le thème sur lequel
ils devront s’exprimer ne leur sera donné qu’au tout dernier moment, accompagné, pour corser l’exercice,
d’une contrainte (faire apparaître Casimir dans chacune des planches ou écrire toutes les bulles en japonais...
par exemple). Les étudiants devront donc avoir un rythme de croisière d’une planche et demi par heure.

Ce défi est une version «light» d’un concours du festival d’Angoulême où il s’agit de créer 24 planches
en 24 heures. En même temps, Billère n’est pas Angoulême, on est bien d’accord ; même si c’est tout
le mal qu’on lui souhaite. Pour autant, quatre planches en six heures, c’est quand même chaud !
Alors Fred Campoy a bien voulu nous filer 2-3 tuyaux.
«Ce qui est bien, c’est de consacrer du temps
- la première heure environ, à imaginer un scénario et à faire un petit story-board en griffouillant
des mini-planches.»
Et pour le scénario, justement ? «Mieux vaut commencer par la fin. Parce que
quand on a une fin forte, on fait tout pour y amener le lecteur de façon cohérente.
Faire l’inverse, c’est risquer de se perdre et d’avoir une fin qui tombe comme un cheveu sur la soupe.»

Et cette foutue contrainte, c’est plutôt ch..., non ? «C’est vrai que l’on pense que ça limite la créativité,
alors que c’est le contraire : dans un cadre défini, on fait ce que l’on veut; tandis que si on a trop
de liberté, on fait un peu n’importe quoi.» AHhhhh... D’accord ! Donc la BD, c’est un peu comme
un ado à qui les parents ne mettraient pas de limites, grosso modo ?


Festival BD des Pyrénées,
vendredi 11, samedi 12
et dimanche 13 avril, à Billère.
Programme sur :
www.festivalbdpyrenees.fr